Boisson préférée des Français, véritable patrimoine culturel et historique, le vin fait partie intégrante de la culture française, des paysages et du tissu économique. Elias Sanbar, historien, poète et essayiste palestinien, dit de la France qu’elle est le seul pays où l’on peut goûter un vin différent chaque jour de sa vie sans jamais boire le même. La richesse des vins français est en effet issue d’une longue tradition qui a favorisé l’implantation du vin dans le quotidien des consommations, et ce grâce aux professionnels du secteur, passionnés irréductibles qui innovent constamment pour proposer des produits d’une qualité toujours supérieure.

Le vin : une tradition plurimillénaire

Le vin : culture, tradition, évolutions

La « boisson des dieux » a traversé les époques pour ravir nos papilles modernes : du néolithique à aujourd’hui en passant par l’antiquité et le moyen-âge, le vin a évolué dans sa conception et son goût. Tellement épais dans l’antiquité que les grecs le diluaient avec de l’eau ; tellement mauvais au moyen-âge que les cuisiniers inventèrent l’hypocras, vin agrémenté d’épices et de miel, afin de le rendre meilleur. Si l’histoire récente du vin est assez connue, son histoire ancienne reste en revanche très souvent un mystère pour les non initiés. En effet, tout le monde sait que les Grecs et, plus tard, les Gaulois étaient très friands de cette boisson, peu savent que les premières vinifications dateraient du néolithique, soit 7000 ans avant notre ère. En effet, des archéologues ont découvert des traces d’acide tartrique et de résine de térébenthine sur les parois d’une jarre néolithique. Cette trace seraient la preuve que les hommes du néolithiques, s’ils ne pratiquaient pas forcément la culture de la vigne, maîtrisaient néanmoins déjà la vinification et consommaient donc du vin. La viticulture, elle, vient plus tard mais est plus difficile à dater. Quoi qu’il en soit les historiens s’accordent à dire que ce sont les Phéniciens et les Grecs qui ont été les véritables promoteurs de la vigne, qu’ils ont essaimée dans tous le bassin méditerranéen. D’ailleurs, selon Thucydide, un homme politique et historien grec, il aurait été plus facile de compter les grains de sable d’une plage que le nombre de crus de son pays ! Le vin grec était même protégé par un dieu, Dionysos, également patron du théâtre, de la musique et de la danse. Ancré dans la vie de tous les jours, le vin a dès les origines été associé à la fête, la convivialité et le partage.

Notre vin quotidien : consommation, santé, bien-être

Le vin : le choix de la qualité

C’est bien connu : les Français raffolent traditionnellement du vin ! De fait, en France, on consomme en moyenne, selon l’INSEE, 135,9 litres d’alcool par an, dont près de 80 litres de vin… De quoi alimenter la réputation des Français, souvent considérés comme les premiers buveurs de vin au monde. Et pour cause, quel repas n’est pas associé à une, ou deux, bonne bouteille ? Car, si la consommation globale de vin est en baisse depuis les années soixante, 174,3 litres tout de même à l’époque, la consommation de vins de qualité a, elle, augmenté. Cela indique un grand changement dans la pratique. Ce n’est en effet qu’en 1990 que l’eau est passée devant le vin dans la consommation des Français ! Faut-il y voir une évolution des habitudes liée à une amélioration de la qualité de l’eau ? En tous cas, aujourd’hui, si ce sont les vins de qualité qui sont préférés, c’est bien parce que, plus qu’un simple apport d’alcool, le vin est devenu un vrai moteur de bien-être et d’échange. On partage une bonne bouteille comme on partage une « toile ». Les bars à vin se multiplient, le vin au verre devient un apéritif à la mode, même les cours d’œnologie se développent comme jamais. La preuve est faite que d’alcooliques, les Français sont devenus gourmets et privilégient la qualité à la quantité. Pour le plus grand bonheur des médecins ! Car si le vin est une boisson peu alcoolisée, il reste néanmoins mauvais pour la santé. Le mythe du verre de vin par jour qui serait bon pour le cœur a du plomb dans l’aile puisque des études récentes montrent au contraire qu’une consommation quotidienne de vin favoriserait les risques de cancer… Buvez du vin donc, mais toujours avec modération, et seulement pour certaines occasions !

Expertise, culture et transmission : les acteurs du vin

Les grands acteurs du vin : vignerons et viticulteurs

Le vin ne serait rien sans les acteurs principaux du vin : les vignerons, les viticulteurs, les négociants et les saisonniers. Les vignerons prennent en charge la totalité du processus de production du vin : de la culture de la vigne à la vinification en passant par la récolte. On les reconnaît d’ailleurs facilement puisqu’il est désormais indiqué sur les colliers des bouteilles et sur les bouchons si le vin a été conçu par un vigneron, par un propriétaire-récoltant ou par un négociant. De fait, comme leur nom l’indique, les propriétaires récoltants exploitent et récoltent la vigne mais ne réalisent pas eux-mêmes la vinification. Les négociants achètent et assemblent soit du raisin soit du moût de raisin et assurent la transformation en vin. Ces derniers représentent encore la majorité des acteurs du secteur. Quoi qu’il en soit, tous ces métiers sont des métiers de tradition et, le plus souvent, de transmission. En effet, vigneron ou viticulteur sont des métiers de famille. Et pour cause : la non transmission impliquerait la perte du foncier et du labeur de générations entières. Chez les vignerons, ce sont même les secrets de vinification qui seraient perdu, pour le plus grand malheur des consommateurs. Les seuls à ne pas entrer dans cette logique sont les saisonniers vendangeurs. Etudiants, retraités, gens du village… tout le monde se réunit pour cette moisson d’un autre genre qui permet de faire des rencontres, travailler au grand air et fêter gaiement la récolte des grains qui serviront à la production des vins du domaine. En résumé, le vin arrive sur nos tables grâce au concours d’un grand nombre de professionnels passionnés sans qui nous ne connaîtrions pas les joies de la dégustation. Alors rendons leur hommage !

Le vin : histoire, consommation, acteurs