Le beaujolais nouveau, également appelé beaujolais primeur, est produit chaque année à partir du cépage gamay noir. Sa commercialisation débute traditionnellement le 3ème jeudi du mois de novembre, soit dès le processus de vinification terminé. Le beaujolais nouveau est issu de différents vignobles classés AOC beaujolais et beaujolais-villages. Mondialement connue, la célébration du beaujolais nouveau est source de nombreuses manifestations et fêtes.

Concept et histoire du beaujolais nouveau

beaujolais nouveau
l’histoire du beaujolais nouveau

L’appellation beaujolais nouveau a été créée en 1951. Cette année-là, un arrêté stipulant qu’aucun vin d’AOC ne pouvait être commercialisé avant le 15 décembre paraît au journal officiel. Les syndicats montrent leur mécontentement et font de nombreuses réclamations. Une note est donc diffusée pour calmer les esprits, accordant à certains vins le droit d’être mis en vente dès le 13 novembre, soit un mois plus tôt que les autres vins. L’appellation beaujolais nouveau est née ! En 1967, la date de commercialisation de ces vins répondant aux critères précis de 1951 est fixée au 15 novembre. En 1985, la date est modifiée et les amateurs de beaujolais nouveau peuvent désormais le découvrir à compter du 3ème jeudi du mois de novembre. Cette date est étudiée pour correspondre au calendrier français ; le choix pour le 3ème jeudi du mois permet en effet que l’arrivée du beaujolais nouveau ne survienne jamais un week-end et que cet événement soit relativement espacé de la fête du 11 novembre. Le beaujolais nouveau peut être rouge ou rosé et se déguste dès la fin du procédé de vinification.
Le beaujolais nouveau comprend les vins produits sur une zone géographique d’environ 55 kilomètres, allant de Mâcon à l’Arbresle (près de Lyon). Cette zone correspond aux appellations beaujolais et beaujolais-villages et touche les départements du Rhône (Villefranche-sur-Saône, monts du Lyonnais) et de Saône-et-Loire.
Le climat produisant le beaujolais est continental, avec des hivers froids, secs et venteux et des printemps parfois gelés, à l’origine de beaucoup de dégâts dans les vignes, souvent irréparables.

 

Le beaujolais nouveau et ses vignobles

beaujolais nouveau
les vignobles du beaujolais nouveau

Le beaujolais nouveau ne peut être produit dans une commune ne figurant pas dans le listing établi en 2009. Le beaujolais nouveau, essentiellement produit à base de gamay noir à jus blanc, peut également être fabriqué à partir d’autres cépages comme le pinot gris, le chardonnay blanc, le gamay de Chaudenay noir…mais ces derniers ne représentent pas plus de 15% des plants.
Le gamay noir, majoritairement utilisé dans la production de beaujolais nouveau, a la particularité d’être précoce, c’est-à-dire que les bourgeons des vignes déploient leurs bourres très tôt en comparaison des autres. Ce cépage spécifique au beaujolais nouveau produit de grosses quantités de vin, pouvant atteindre plus de 200 hectolitres par hectare. Les viticulteurs se montrent donc prudents : pour conserver la qualité de leur vin ils privilégient des sols peu fertiles et s’adonnent à des tailles intransigeantes. Environ 450 000 hectolitres de beaujolais nouveau sont produits chaque année, soit 30% de la totalité de la production des vignes en beaujolais.
Pour produire du beaujolais nouveau, il est primordial de respecter la méthode de vinification qui lui est propre, dite « vinification beaujolaise ». Cette dernière utilise la macération carbonique qui consiste à faire tremper les grappes de raisin durant 4 jours dans des cuves de CO2. Il découle de ce processus des vins riches en tannin, peu colorés, dégageant des arômes fruités. A cette vinification caractéristique s’ajoute des levures pour masquer un goût amylique prononcé.
Le beaujolais nouveau n’est pas fait pour être conservé plus de 6 mois.

 

La fête du beaujolais nouveau

beaujolais nouveau
fêter le beaujolais nouveau

Le beaujolais nouveau est chaque année fêté par les Français. Sa commercialisation est l’occasion de fêter et de se retrouver autour d’un verre pour trinquer à l’arrivée du beaujolais nouveau. Pour la région productrice c’est également une période économique forte puisque le beaujolais nouveau se distribue dans le monde entier et notamment en Corée du Sud et au Japon. Dans ces contrées asiatiques, le beaujolais nouveau est précieux et se vend à prix d’or (25 euros la bouteille). La dégustation du beaujolais nouveau démarre le mercredi à minuit soit, dès la première minute du 3ème jeudi de novembre. Il s’agit d’un événement planétaire.
En France, le beaujolais nouveau est source de nombreuses manifestations festives. L’édition 2011 n’a pas échappé à la règle et a proposé de multiples animations autour du beaujolais nouveau, pendant 5 jours consécutifs. Les jeunes viticulteurs et agriculteurs ont organisé, cette année encore, des Beaujol’ympiades en plein cœur de Lyon pour faire découvrir leur vin. A Gleizé, village producteur de beaujolais nouveau de la région lyonnaise, les vignerons ont mis en place « La fête des saveurs 2011 » regroupant un marché gourmand, un « bistrot beaujolais » et une animation musicale. La ville de Villefranche-sur-Saône a, quant à elle, réitéré son « Festival des nouvelles voix » pour rendre hommage au beaujolais nouveau. L’événement incontournable et traditionnel se déroule à Beaujeu, où l’on met en scène l’arrivée du beaujolais nouveau de manière surprenante. En France ou à l’international, le beaujolais nouveau se fête et contribue à la bonne ambiance entre collègues, amis ou voisins !

Trinquons au beaujolais nouveau